2 litres au cent, et plus

Tout-à-l'égoût Pas de commentaires »
2,0 litres d’eau au cent centimètres : voilà la consommation d’eau qui est la mienne en moyenne. Les 32 degrés et plus de ce week-end ont à peine eu une incidence. Faut bien ça pour retaper un homme.
Allez, encore la moitié.
  Faut bien ça pour retaper un homme

A présent, travaillons les fondamentaux

La bonne chaussure   Parmi les instruments indispensables :
la bonne chaussure.
Vision supra-humaine   La même, avec vision supra-humaine.Vous remarquerez les aérations intégrées.
Résolument moderne.

Amplitude 2 sur la bêche de Fiskars

Tout-à-l'égoût Pas de commentaires »

Le mot du jour : er-go-no-mie ! Si vous suivez bien les épisodes, vous aurez noté avec émoi la rupture du manche en frêne. D’où nouvel achat ce jour.

Louchet ou pelle ergonomique   Et en exclusivité mondiale, je vous présente le meilleur ami de l’Homme, dont je suis en la circonstance le digne représentant (mais si mais si).

J’ai nommé : la bêche / le louchet ergonomique de chez Fiskars

Avec ça, pas d’excuse : je me sens d’attaque, de la France de ceux qui se lèvent tôt.

Et la différence est flagrante : la légère incurvation de la pelle par rapport au manche et le délicat rebords émeuvent par leur efficacité : je rayonne.

A présent, travaillons les fondamentaux

Pas d’hésitation : ne pas faire l’économie de trente euros, car ils libèrent la main de l’Homme

Pelle pète tête bêche

Tout-à-l'égoût Pas de commentaires »

Mon excès d’enthousiasme a eu raison du manche de la pelle bêche ce soir. Avec deux conséquences inattendues :

    – une pelle courte est très pratique pour attaquer sur le fond de la tranchée
    – creusant tant bien que mal, je suis tombé en douceur sur l’évacuation des eaux pluviales, à 3 mètres du tampon

Du coup, changement de stragégie – j’avais d’ailleurs ça en tête en m’approchant des peupliers : l’emploi d’un demi-coude devrait me faciliter la tâche, et me permettre de passer entre les deux arbres les plus extérieurs. Autre avantage : je trouve le tabouret de l’alimentation en eau dangereusement prêt de la tranchée (vingt centimètres) si je tire tout droit comme prévu initialement. A se demander s’ils ne font pas exprès… :(

Quoiqu’il en soit : il va me falloir passer sous le tuyau des eaux pluviales.

A présent, travaillons les fondamentaux

J’ai appris encore une subtilité : sous la chaussée, dans les réseaux récents, il y a ce qu’on appelle le réseaux séparatif.
On ne mélange plus les Eaux de Pluie (EP) et les Eaux Usées (EU) afin d’éviter que lors d’orages ou de pluie, la station d’épuration soit submergée par un volume d’eau trop important et qu’il y ait surverse directe dans le milieu naturel.
En outre avec des tuyaux de 125, pas besoin de regard : à la limite je me fendrais d’un T (té) 60° « remontant » en surface avec un bouchon, bien étanche.

WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion