Ok, la plomberie, la plomberie… certes ! Les évacuations, tout ça, c’est bien. Encore faut-il évacuer vers quelquechose !
Depuis le temps que le tampon de tout-à-l’égôut a été installé sur la voie publique, il faudrait penser à faire la connexion, petit père.

J’avais d’abord pensé faire venir une pelle(teuse). Et puis en discutant avec Dom Pedro, le voilà qui me dit, torse en avant :
« Moi, je l’ai faite tout seul, la tranchée ! Soixante mètres, té ! Une pelle-bêche, et c’est un jeu d’enfant ! C’est du sable et de l’argile. »

D’accord. On va voir. Aperçu :   Bientôt 10 mètres
Le nez dans la tranchée, je vois le tas augmenter. C’est bon signe. Je m’attendais à pire.   Le nez dans la tranchée
 
Puis vient le temps de l’argile, humide. Des conglomérats à la pelle 😉   Conglomérats
 
Cette vacherie colle à tout, même à la pioche, devenue indispensable (merci le paternel, c’est de la bonne pioche qui troue qui tâche, ça).   L’argile est très attachante
 
La pelle-bêche découpe la terre sur les côtés : jolis paysages.   Paysages
 
Plus que 15 mètres. Mais je l’aurai à l’usure.   Je suis le roi du monde

A présent, travaillons les fondamentaux

La pelle se manie en tenant la main qui soulève au plus près de la pelle proprement dite (par opposition au manche). Il faut s’aider au maximum du poids du corps. On s’en rend vite compte d’ailleurs… après 5 heures d’efforts.

L’évacuation des eaux usées doit se faire en diamètre 125mm de préférence, 100mm étant un minimum. Dans la mesure du possible, la pente doit être de 3 à 5 cm par mètre, 1 cm étant le strict minimum.

Le Guide de l’Assainissement