C’est le propre du tuyau (non bouché) : de chaque côté on voit l’autre. Etonnant, non ? Mais la pose n’en est pas simple pour autant, même si plus le bout est loin, plus la fin est proche. Enfin je me comprends. Il faut également prévoir les raccordements futurs. Finalement, ça donne ça :

Le tuyau des eaux pluviales n’a pas survécu   C’est triste, une tranchée vide
Le début de la fin   Le bouchon côté chaussée
 
Tout y crapaud tôt   Un spectateur abasourdi : tombé au fond de la tranchée, c’était un sacré boeuf !

Et voilà le schéma théorique de l’évacuation, avec, en vert, le périmètre approximatif de la maison ; en noir, l’existant, en bleu, le nouveau ; et en rouge, le futur…
Le schéma de tout-à-l’égoût

A présent, travaillons les fondamentaux

Calculer une pente s’est avéré compliqué au début dans ma petite tête, surtout avec un terrain un tantinet en pente direction chaussée (c’est du moins ce qu’il me semblait… mais en fait non…). Une bonne nuit là-dessus, et voilà la solution qui a germée. La mise en pratique a été… pratique, et le résultat plus que correct. A vos niveaux.

Calcul de la pente

Mesurer une pente de 2%