Thermopierre, c’est sous ce nouveau nom que le béton cellulaire est désormais connu. Drôle de manie d’ailleurs, Monomur, Thermopierre. En France, le thermopierre est fabriqué par Xella, connue ailleurs parfois sous le nom Ytong/Siporex. Certes, vous aurez du mal à briller avec ça dans les dîners mondains, j’en conviens, tablez plutôt sur le dernier Beckbeder, pour qui j’éprouve de nouveau de la sympathie à l’entendre – très bonne émission la Bande à Bonnaud – mais le voir en Bobo a quelquechose de crispant. Enfin.

Je vous en ai déjà parlé, de ce matériau atypique. Je comprends d’ailleurs que certains y soient réfractaires, tant l’aspect, la matière même, donne l’impression de fragilité. On est loin d’imaginer que certains construisent des maisons entières avec. Les qualités en deux mots : légèreté, robustesse globale, maléabilité, isolation. Sa structure poreuse laisse passer la vapeur d’eau, mais permet une isolation intégrée, qui représente le fantasme absolu du matériau porteur, mais isolant. C’est en outre un cadeau idéal si vous avez un ami castor.

Mon modeste mur m’impose la découpe d’un bloc au 4/5ème. La chose a été faite en 3 minutes, montre en main. Quelques coups d’égoïne bien ajustés, et voilà le travail. Oui, je sais, je sais, les blocs 3 et 4 à droite sont inversés. C’est pour vous faire tiquer. Ça vous avait échappé, avouez…

J’ai décidé de commencer sur un lit de mortier avec additif hydrofuge, pour être plus tranquille, même si je pourrais m’en passer je pense.

  Si vous avez un ami castor, offrez-lui du Siporex
  Le Siporex, en coupe

Bon, ben reste juste à monter les rangs au-dessus, et à fixer la fenêtre. Mais c’est une autre histoire. En attentdant, vous pouvez consulter le Guide de pose du Thermopierre.